Psycho Pass 02 – Chibig Brother

Parce que mes talents à Paint doivent être exploités

Parce que mes talents à Paint doivent être exploités

 

Ok, allons y, avec six mois de retard je me suis enfin lancé dans la grande aventure Psycho-Pass, bien alléché par l’opportunité de voir Kana Hanazawa dans un rôle principal pendant 22 épisodes écrits par Urobuchi Gen, ce qui veut dire que y’a des chances vraisemblablement hautes qu’a la fin elle pète un cable et bute tout le monde, ce qui serait une morale amusante.

L’épisode 1 était très emballant, nous mettant direct dans le bain avec de l’action, une animation un peu molle et une présentation rapide de l’univers. Maintenant, bam, épisode 02, l’univers commence à être vraiment présenté, l’héroïne développée et il y’a des robots tous mignons. Alors, qu’est-ce que ça vaut que cette histoire de Psycho-Pass, d’humains dont la santé mentale est mesurée en temps réel et de pistolets qui peuvent lire la dite santé mentale et agir en conséquence quasiment d’eux-même ?

RAPIDE ANALYSE CRITIQUE DE L’EPISODE 2, BAM, TOUT DE SUITE, MAINTENANT.

Psycho-Pass // Production IG // Débuté en automne 2012 // 22 épisodes //Réalisateur: Shitoani Naoyoshi (Blood C le film, Windy Tales, Tokyo Marble Chocolate)

Continue la lecture

Shigofumi 01 & 02 – Ce que l’avenir vous promet, la Poste vous l’apporte

shigofumi0100

Au menu du jour, de la joie et de l’insouciance… et plus, si affinités…

Comment choisissez-vous vos anime ? Un synopsis alléchant ? Des retours positifs ? Un réalisateur particulier ? Ou bien piochez-vous au pif dans la masse de la production, avec pour seul point de chute la présence d’un doubleur particulier, ou autres raisons des plus pointues ?
Il existe un concept que j’apprécie : la sérendipité, que l’on pourrait plus ou moins définir comme le fait de faire une découverte inattendue par hasard alors que l’on recherche quelque chose de différent.
Pourquoi tout ce blabla inutile ? Pour introduire Shigofumi, dont je n’avais jamais entendu parler jusqu’à ce que je commence à loucher vers les illustrations du chara-designer original de l’Odyssée de Kino qui est aussi celui de Shigofumi.

Alors puis-je vraiment parler d’heureuse découverte à propos de Shigofumi ? Je n’en sais rien, pour la simple et bonne raison que je n’en ai vu pour l’instant qu’une paire d’épisode.

Et une fois n’est pas coutume, jouant avec les règles de Minorin, je vous propose un billet 2 en 1. La raison a cela est très simple, plus que mon désir d’outrepasser avec véhémence les limites fixées par Amo, je juge assez idiot de séparer les deux épisodes alors qu’ils forment à eux deux une histoire continue, cohérente, avec une situation initiale, un retournement, des péripéties, un dénouement et une situation finale.
Et le tout avec des morts et dans la joie et la bonne humeur.

Shigofumi – Stories of Last Letter // J.C. Staff // Hiver 2008 // Série finie en 12 épisodes et une OAV // Réalisateur : Tatsuo Satou (Bodacious Space Pirates, Lagrange…) // D’après les LN de Ryo Amamiya, illustrés par Kohaku Kuroboshi (Kino, One Off…)

  Continue la lecture

Hoshizora e Kakaru Hashi 01 : Leçon de vie à la campagne

Hoshizora0101

Ce que devraient dire les producteurs de cet anime en s’inclinant bien bas.

MKSBonjour à tous! Aujourd’hui, attaquons-nous à un de ces animes peu connus (et pour cause) qui peuvent pourtant nous procurer quelques merveilleuses heures de fun au troisième degré…  Et comme il faut bien commencer par quelque chose: voilà l’épisode 1!

Hoshizora e Kakaru Hashi//Dogakobo//Printemps 2011//12 épisodes//Takenori Mihara// Adaptation de l’eroge du même nom.

Continue la lecture

Haiyore ! Nyaruko-san 02 – Cet anime ne peut pas être aussi sérieux…

Cet épisode est garanti 100% bonne humeur et référence !

Cet épisode est garanti 100% bonne humeur et référence !

 

Episode précédent

Bon sang, bientôt un mois que j’ai rien écrit. Du coup, la saison de printemps a déjà commencé : la suite du spin-off de « It’s a punch » commence apparemment pas trop mal, des gars de Sunrise nous pondent un mécha écrit et réalisé sous substances illicitesDevil Survivor 2 laisse certaines fangirls sceptiques,  la plus hautaine des otak’ est de retour, Yoka aime jouer au Bingo avec les animes, Mirai Nikki a une suite spirituelle assez sympa pour l’instant, Nock n’a pas appris de ses erreurs passés et je commence à être à court de phrases pour remplir cette intro…

 

Bref, Suryce a déjà commencé sa review de la saison 2 de Nyaruko.  Tachons de rattraper ça.

Haiyore ! Nyaruko-san // Xebec // Débuté en avril 2012 // 12 épisodes // Réalisateur: Tsuyoshi Nagasawa

Continue la lecture

Aquarion EVOL 01 & 02 – Mon érection contre les méchants

"Bonjour je suis bien chez Amo ? Vous avez bien commandé un crush sur un perso d'anime ?"

« Bonjour je suis le livreur de chez Dominos Crush je suis bien chez Amo ? Vous avez bien commandé un crush sur un perso d’anime sauce Hanazawa et cheveux verts ? »

 

Je pourrais faire le premier épisode de l’Attaque des Titans (que normalement – attention je dénonce – Nady devait faire y’a une semaine – holala j’ai trop dénoncé ) mais je peux pas, j’ai maté le trailer et j’ai vu les titans dans mes cauchemars pendant trois jours après ça, donc je suis pas très chaud. A la place, je vais fêter le fait que Kawamori Shoji ait été invité à la Japan Expo en faisant un résumé caustique et amusé du premier épisode d’Aquarion EVOL, la dernière série sur laquelle il a bossé (à part AKB parce que AKB c’est pas un anime, c’est un style de vie.)

Oui ce premier épisode… qui est un double épisode de 40mn (nommé 01/02.) On va faire comme si de rien n’était et je vais le chroniquer comme si de rien n’était. Mais bon au final vous allez voir que je n’aurais pas forcément beaucoup de choses à dire: l’épisode était très bien dans son ensemble et je pars assez enthousiaste.

(Ah, je n’ai pas vu Sousei no Aquarion.)

(Mais ça change rien, hein.)

Aquarion EVOL // Studio Satelight // Débuté en janvier 2012 // 25 épisodes au total // Réalisateur: Kawamori Shoji (Macross: Do You Remember Love? ; Macross Frontier ; Macross Plus ; AKB0048 ; Sousei no Aquarion)

Continue la lecture

Sword Art Online 03 – Sachi, dans le ventilo

Julia, je n'avais pas terminé la rambarde ! JULIAAAA !

« Julia, je n’avais pas terminé la rambarde ! JULIAAAA ! »

 

Je suis pas très malin.

Enfin bref – j’ai commencé Sword Art Online la nuit dernière alors que je venais de terminer tous les articles des Prix Minorin et que je savais à quel point cet anime était décevant et mal écrit. Mais rien à faire, mater l’opening une énième fois, lire un doujin H avec Asuna une cinquantième fois… tout ça m’a donné envie d’y jeter un oeil, tout de même. Ne serait-ce que pour observer ce fameux « premier arc » dont on me disait tout de même du bien et voir un crash autoroutier en live grâce au fameux « second arc. »  Dieu, je suis tout de même parfois un peu dégénéré.

En attendant, voilà ce que j’ai retenu du troisième épisode… qui m’a tout de même agréablement surpris.

(Et surtout que là j’ai SimCity qui est en train de charger toutes les updates et ça a l’air parti pour prendre une heure donc autant l’occuper à écrire et vous offrir du lol et de la pertinence.)

(Oui parce qu’en plus de commencer Sword Art Online, j’ai enfin chopé SimCity 5.)

(Partez pas, je suis un garçon crédible et raisonnable.)

Sword Art Online // Studio A1 Pictures // Diffusion débutée en juillet 2012 // 25 épisodes au total // Réalisateur: Itou Tomohiko (Sekimatsu Occult Garden)

Continue la lecture

Haiyore ! Nyaruko-san 01 – Ce pauvre Lovecraft doit se retourner dans sa tombe…

Tremblez pauvre mortel devant l'horreur de ce qui vous attend~

Tremblez pauvre mortel devant l’horreur de ce qui vous attend~

 

Pour rien vous cacher, j’étais parti sur la review du dernier épisode de Psycho Pass… Sauf que franchement, ça aurait été du gâchis de ne parler que du dernier épisode sans aborder un minimum ce qui s’est passé avant. Alors autant repartir sur une base saine et démarrer un anime encore non abordé.

Ca tombe bien ! On m’a chaudement recommander un anime nommé Nyaruko-san et la 2e saison est pour très bientôt. Votre serviteur va donc se lancer dans cette aventure et dans le plus pur principe de Minorin, vous donnez ses impressions épisodes par épisodes (et sans tricher, je matte pas l’épisode suivant tant que j’ai pas fait la review du dernier regardé !).

Allez, c’est parti pour un anime dans le monde horrible et terrifiant de Lovecraft, de ses créatures inimaginables et… Gné ? Des lolis ?

Haiyore ! Nyaruko-san // Xebec // Débuté en avril 2012 // 12 épisodes // Réalisateur: Tsuyoshi Nagasawa

Continue la lecture

Fairy Tail 01 – Guilde ta mèche

Les trois réactions logiques au succès de Fairy Tail en France

Les trois réactions logiques au succès de Fairy Tail en France

 

L’anime Fairy Tail prendra fin dans une semaine avec le 175e et dernier épisode.

Donc l’occasion de se replonger en octobre 2009 et de regarder le premier épisode de cette série.

Pour comprendre.

Fairy Tail // A1 Pictures // Débuté en octobre 2009 // 175 épisodes au total // Réalisateur: Ishihara Shinji (Tokyo Majin Gakuen)

Continue la lecture

To-Love Darkness 01 – Rize of the Fenix

L'animation japonaise en image: à gauche, Chihayafuru ; à droite, Infinite Stratos

L’animation japonaise en image: à gauche, Chihayafuru ; à droite, Infinite Stratos

 

Bon ouais, ok, d’accord, j’adore secrètement la saga To Love. Je reste ébahi par le fait que ce truc a réussi à tenir 18 tomes dans le Shonen Jump sans éveiller les soupçons et qu’il a du se stopper en plein élan à cause de soucis personnels de l’auteur (une histoire de femme qui devient cinglée et qui kidnappe son propre gosse, un truc cool.) Et quand la série revient, c’est dans le Square Jump et c’est dans ce magazine de la Shueisha pourtant assez grand public que les mecs décident que les règles c’est pour les tatas et qu’ils vont réussir à rendre encore plus floue la limite entre érotisme et pur hentai. Et ça s’appelle To Love Darkness. Et le jour ou les autorités françaises compétentes se rendront compte que ça sort en France, Tonkam sera fermé de force et l’industrie du manga trainée dans la boue médiatique pendant un mois (jusqu’au scandale suivant, qui rendra celui-ci caduque.)

Alors du coup logiquement, voilà l’adaptation animée de To Love Darkness, sortie cet automne chez Xebec. Mais comme je suis un type consciencieux j’ai attendu la sortie des Blu Ray pour une meilleure qualité d’image, d’animation et… ok, ouais, non je déconne, c’était surtout pour les tétons.

En vrai je sais même pas pourquoi je mate ça, c’est du Xebec, ça va être nul, je devrais retourner lire le manga.

To-Love Darkness // Studio XEBEC // 12 épisodes // Débuté en octobre 2012 // Réalisateur: Ootsuki Atsushi (Ladies versus Butler, Working’!!)

Avertissement: tétons

Continue la lecture

The IDOLM@STER 07 – C’est la fête chez les pauvres.

idolmaster0707

– J’ai toujours rêvé d’observer des pauvres dans leur milieu naturel !!

The IDOLM@STER jouit d’un statut un peu particulier parmi toutes les séries que j’ai pu voir : il s’agit de la seule série que j’ai commencé lors du début de sa diffusion (à l’été 2011) et que je n’ai, à ce jour, toujours pas fini, mais pas droppée non plus.
Pour résumer, 3 semaines (et 3 épisodes) après le début, j’ai choisi (un peu par faute de temps) de cesser de regarder la série car elle ne répondait pas vraiment à mes attentes : trop de  tranches de vie et pas assez d’idol à mon goût. Bref, je n’accrochais pas.
Et puis récemment, j’ai repris la série (que je regarde lentement) et je la trouve finalement plutôt bonne.

Je sais, cette introduction ne sert à rien et on n’en n’a pas grand chose à foutre, mais que voulez-vous, j’aime raconter ma vie.

Je commençais à en avoir un peu marre de mes histoires de montagnes et de sac à dos alors j’ai eu envie d’autre chose. Et j’ai aboutit à ça : un article sur un épisode de The IDOLM@STER. J’ajouterais bien « l’épisode 7 pour être plus précis » mais vu que c’est déjà dit dans le titre du billet, cet « effet de suspense » n’a à peu près aucun intérêt.
Et pour la forme, j’ai choisi de changer un peu de style parce que je me vois mal adapter ma méthode « Yama no Susume » à un épisode de 25 minutes. Attention, cet article se veut plus « analytique » (quel grand mot).

The IDOLM@STER // A-1 Pictures // 25 épisodes // Séries diffusée entre juillet et décembre 2011  // Réalisateur Atsushi Nishigori (premier poste de réalisateur) // adapté d’une série de jeux vidéo japonais. Continue la lecture

Kokoro Connect 17 (FINAL) – Princesse Inaba dans son château

Inaban et ses multiples talents: aujourd'hui, Inaban en train d'imiter un mime géné.

Inaban et ses multiples talents: aujourd’hui, Inaban en train de pousser un chariot invisible

 

Ah, Kokoro Connect. Si cela avait commencé comme une bonne surprise de la saison animée de l’été 2012, il faut avouer que la qualité d’écriture semblait décliner au fil des arcs, pour conclure sur un arc « bébé » absolument dispensable qui n’apportait strictement rien aux personnages où à l’évolution de l’intrigue. Malgré tout cela n’a pas empêché le studio de réserver le dernier arc de l’adaptation animée pour une sortie à part de la diffusion télévisée, faisant de ceux-ci un exemple de DLC transposés au petit monde de l’animation japonaise. Habituellement c’était des scènes optionnelles comme des OAV ou des spéciaux rarement inoubliables, là c’est désormais carrément tout le scénario. Mais, eh, pourquoi pas après tout, c’est pas comme si nous on payait pour ça hahahahahahahHAHAHAHAHA. Oups pardon, j’oubliais que je devais m’établir comme une sorte de modèle vertueux.

Donc voilà après trois épisodes spéciaux oscillant entre le sympathique et le un peu pénible, voilà la conclusion de Kokoro Connect. Hooray.

Kokoro Connect // Studio Silver Link // 13 épisodes + 4 spéciaux // Diffusée à partir de août 2012 (décembre 2012 pour les spéciaux) // Réalisateur: Oonuma Shin (Baka To Test, ef – a tale of melodies)

Continue la lecture

Btooom! 12 (FINAL) – Darwin avait tort

FINI LA BRANLETTE.

FINI LA BRANLETTE.

 

J’ai une sorte de passion mal assumée envers les ouvrages comportant des survival game. Une sorte de « Bile Fascination« , si vous voulez que je vous sorte les tropes techniques. Disons qu’a la fois je trouve ça assez con et stupide comme concept, mais de l’autre j’adore voir comment les mecs vont survivre, ce genre de merde. Je chie sur Battle Royale parce que c’est beaucoup trop cruel et violent mais dès que c’est au niveau un peu inférieur, j’ultra kiffe. Genre le livre Running Man ou bien le manga Mirai Nikki. Pour résumer: quand ça affronte des gens qui se connaissent déjà pas mal, j’aime pas, mais quand c’est des parfaits inconnus c’est génial.

J’avais donc commencé Btooom au moment de sa diffusion dans l’espoir d’un truc divertissant et fun. Avec des gens QUI SE BATTENT. La bonne nouvelle, c’est que des gens se sont battus. La mauvaise c’est que c’était pas si fun que ça.

Mais que vaut l’épisode final… ?

Btooom! // Studio Madhouse // Débuté en octobre 2012 // 12 épisodes // Réalisateur: Kotono Watanabe

Continue la lecture

Jormungand 05 – Jonah sans famille

"Eh, je lance un blog collaboratif, ça te tente ? Voilà le contrat, j'ai déjà signé pour toi, thanks."

« Eh, je lance un blog collaboratif, ça te tente ? Voilà le contrat, j’ai déjà signé pour toi, thanks. »

 

Jormungand a deux grandes qualités: 1) celle de rapporter pas mal de points au Scrabble (surtout si on s’en sert pour compléter le mot imaginaire Jormung avec un and) ; 2) De traiter le thème, relativement original dans l’animation japonaise, des ventes d’armes tout autour du monde. C’est un peu notre Lord of War otaku, mais avec moins d’ukrainiens et plus de gens aux couleurs de cheveux bizarres.

Les quatre premiers épisodes m’avaient pas spécialement emballés à cause d’une technique pas toujours au top, mais allez, voilà la review du cinquième épisode parce que. Dans cet épisode on découvre très rapidement le passé du héros, on découvre que Koko a un frère et que, pour la première fois dans l’histoire de ce blog, on va pouvoir traiter d’une relation frère/soeur qui ne possède pas le moindre relent d’inceste.

Jormungand // Studio White Fox // Débuté en Avril 2012 // 12 épisodes // Réalisateur Motonaga Keitarou.

Continue la lecture